Cool Unicorn Bruv – Ninian Doff

<< Click here to read the article in english ! >>

On essaye en général de ne pas parler trop de musique et clips vidéos dans nos expos – cette partie est réservée à notre chronique Klip Klap, écrite par nos amis du clan Huis Clos. Mais pour Ninian Doff, impossible d’éviter le sujet quand on connait un peu le mec : c’est sa passion. Il nous parle de ses rencontres et prévoit que l’Axolotl sera le prochain animal “trop trendy” de 2013.

Vous pouvez retrouver tous ses clips ainsi que quelques courts métrages sur son site.

Rien que pour l’accent des acteurs de son dernier film, on a envie d’en savoir plus sur le travail du jeune écossais. Surprenant de voir alors que l’artiste est avant tout réalisateur de clips, et qu’il a déjà travaillé pour MF DOOM, ou Graham Coxon.

- Les Questions de Picturalis -

Picturalis – Salut Ninian, t’as gagné pas mal de récompenses ces dernières années pour tes projets. Laquelle te rend le plus fier ?

Ninian Doff - En fait, même si ça sonne un peu ringard, j’avoue que cette reconnaissance me fait beaucoup de bien – j’ai passé tellement d’années à faire des films dont tout le monde se fichait que le moindre retour ou encouragement est incroyable. Avoir fait parti du New Director’s Showcase 2012 de Saatchi & Saatchi était aussi dingue que d’être à Cannes, surtout quand on fait parti des 20 rares sélectionnés. Et le fait de voir ma vidéo sur www.bugvideos.co.uk m’a fait chaud au coeur :  je rêvais depuis longtemps en tant que fan d’être diffusé à cet évenement. Et la nomination au UKMVA est aussi super cool… Tu vois, je t’avais dit que tout est vraiment sympa en ce moment.

P.- Oui, j’vois que tu nages dans le bonheur. Les clips vidéos, c’est ce pourquoi tu es connu. Comment t’es arrivé dans ce milieu ?

N.D.- En fait, je fais des projets très différents en perso : des animations, des comédies, des sketchs, des court-métrages ou des vidéos de skate. Mais oui, professionnellement, c’est vrai que je fais des clips. Je me suis fait connaître et recommandé pour ça. La principale raison, c’est que c’est le format que je préfère ! Surtout parce que c’est une parfaite combinaison de productivité, rapidité et créativité.

J’ai vu des mecs mettre des mois, voire des années, à finir leur court-métrage, et le résultat final est souvent chiant, parce que ça a trop traîne et que l’étincelle s’est éteinte. Ce qui est génial avec le clip, c’est qu’une fois que le concept te conviens, le produit est normalement fini dans le mois qui suit. Ça veut dire que le travail est vraiment vivant, intensif et excitant. Et puis la liberté créative en clip – si tu as le bon artiste – est un don qui n’existe pas vraiment dans les autres genres commerciaux.

P.- En fait, j’ai découvert ton travail grâce à ton court métrage Cool Unicorn Bruv. C’est quoi ton histoire avec ce film ?

N.D.- Ça a été réalisé et produit en moins d’une semaine ! L’entreprise LBi m’avait dit qu’ils avaient réservé une licorne pour un shooting afin de célébrer une grosse récompense, et ils m’ont contacté en me demandant si je voulais en faire quelque chose parce qu’ils l’avaient pour un jour en plus ! Ça ne se refuse pas. J’ai donc écrit le scénario le vendredi, fait le casting le mardi, tourné le mercredi, monté et post-produit le jeudi, et livré le vendredi ! Je crois que le bonheur de tout ce film vient du fait que ça a été rapide et spontané. Si j’avais eu plus de temps, j’aurai probablement voulu compliquer le scénario et ça aurait sûrement alourdi le tout. Je suis assez fier qu’on arrive à connaître et comprendre chaque personnage alors que l’histoire se déroule en une minute.

Ninian Doff_Cool unicorn bruvNinian et sa licorne, sur le tournage du film.

P.- Ouais, les licornes ont été acceptées dans la pop culture comme un élément assez majeur, et on les voit un peu partout. C’est quoi le prochain animal cool et drôle qu’on verra dans tous les médias ?

N.D.- Très bonne question. Je veux dire, quand la licorne est devenue mainstream, les goûts des hipsters sont allés vers le narval, mais j’pense que c’est déjà démodé. Je parierai bien sur les Axolotls. 2013 va être leur année, c’est sûr. D’ailleurs j’ai entendu que Kanye [West] prépare son prochain live avec un aquarium géant sur scène rempli de poissons. Et ouais.

Happy axolotlHappy Axolotl.

P.- Haha, ok, je veux pas manquer ça. D’ailleurs, en parlant de ça, tu as travaillé avec JJ Doom (aka MF DOOM) ou encore Graham Coxon. Tes goûts musicaux font toujours la paire avec ton boulot ?

N.D.- Ouais, carrément. J’suis 100% fan de toutes les personnes avec qui j’ai travaillé. Quand on te demande d’écrire sur de la musique que tu aimes, ton cerveau explose de bonnes idées, et la pression que tu as pour créer une bonne vidéo est décuplée. Donc je pense que j’ai été assez chanceux de travailler avec ces héros de la musique, parce que mes idées sont meilleures si le son me plait !

P.- Dans le clip de Darwin Deez, le chanteur essaye de s’échapper de la boucle dans laquelle il est irrémédiablement condamné. C’était une idée de lui ?

N.D.- Darwin, comme tu peux l’imaginer, est un cerveau incroyablement créatif. Donc il a écrit toute une page d’idées en l’air, de pensées et de ressentis.  Entre tout ça, il a mentionné le film Groundhog Day et c’est ce qui a fait “clic” dans ma tête. Mais bon, hors de question de faire un simple remake du film en clip vidéo.  J’ai alors eu l’idée de ne pas bloquer le personnage sur une boucle de toute une journée, mais plutôt sur un court instant. Etre bloqué dans seulement 4 secondes de vie pour toujours et devenir conscient qu’on l’est. Ça m’a parlé tout de suite, je connaissais bien tous ces jobs aux journées interminables où je me  sentais comme le personnage, en quête d’un échappatoire.